Catégories
Billets d'humeur

Est-ce intervenir sur le marché que de prendre en compte les externalités ?

Woah, ça a l’air vachement compliqué ton truc. Je vais rien comprendre. T’as pas mieux ?

Ok. Et si je te dis :

Ton bidon d’essence n’est pas assez cher.

Hein ?

Bien. J’ai ton attention maintenant.

Alors déjà faut comprendre de quoi qu’on parle, et je t’invite à regarder la vidéo du très bon Stupid Economics, pour comprendre ce qu’est une externalité. Mais si t’as pas le temps, je vais essayer de faire court ici :

Imaginons que tu veuilles te faire cuire des pâtes, mais avec du charbon. Tu vas donc prendre du charbon, allumer un feu, mettre une casserole d’eau au dessus du feu avec des pâtes crues, attendre pour ainsi obtenir des pâtes cuites. Ici le produit final c’est les pâtes cuites, c’est le but de l’activité « cuire des pâtes ». Mais en faisant ça, on produit aussi de la fumée, du dioxyde de carbone entre autres, et le dioxyde de carbone est un gaz à effet de serre. Donc en réalisant cette activité, tu produis certes des pâtes cuites, mais tu participes également au réchauffement climatique. Cet effet indirect, on appelle ça une externalité. Ici l’externalité est globalement négative, parce que le réchauffement climatique c’est globalement pas cool, même si certains te diront que ça fera vendre plus de piscines.

Tout ça pour quoi ? Bah pour dire que quand on regarde une activité, on se focalise principalement sur les inputs et les outputs, sans forcément prendre en compte les externalités. Ainsi, si une activité créera principalement de la valeur, elle pourra également en détruire dans le processus, et la douille c’est que ça détruit rarement la valeur possédée par celui qui pratique l’activité.

Ouais ouais ok, j’ai compris. Mais c’est quoi le rapport avec le titre ?

Et bien, si je génère du profit suite à la création de valeur de mon activité, il semble logique que je dédommage ceux dont je dévalue le capital. Le contraire serait terriblement injuste ; mais quand je participe au réchauffement climatique, je dois dédommager qui au fait ? Tout le monde ? Tout le monde équitablement ? Pas si sûr. En fait, il s’avère que le réchauffement climatique ne touche pas tout le monde au même degré, si dans nos régions tempérées, on remarque des épisodes météorologiques plus intenses et une faible augmentation des températures moyennes, certaines autres régions, notamment celles du Sud sont beaucoup plus durement touchées. Certains perdent littéralement leurs maisons avec la hausse du niveau de la mer ! Outre l’aspect géographique, nos actions aujourd’hui risquent d’avoir un impact irrémédiable sur les populations futures, comment pourrions nous seulement estimer les dommages qui ne seront perceptibles que dans plusieurs dizaines d’années pour certains ?
En réalité, il semble qu’on continue à nier, même dans une économie libérale et capitaliste, l’impact économique des externalités. Le PIB, par exemple, ne prend en compte que la création de valeur, et pas la destruction de valeur qui pourrait être provoquée ailleurs ou ultérieurement.

Comment qu’on pourrait faire alors ?

Et bien, on pourrait réfléchir à appliquer un cout plus juste sur les marchandises en fonction de ces externalités, positives ou négatives. C’est, dans le principe, déjà ce qu’on tente d’appliquer avec les taxes carbones et les subventions pour l’agriculture biologique. Seulement aujourd’hui, les produits issus de l’agriculture biologique sont beaucoup plus chers que ceux issus de l’agriculture industrielle ou traditionnelle, ce qui ne serait probablement pas le cas si on prenait en considération le réel cout de ces produits. Ce qu’on paye moins cher aujourd’hui, il faudra que quelqu’un paye la différence un jour ou l’autre. Malheureusement, ce sont rarement les responsables qui paient. Si les principaux responsables du réchauffement climatique sont les pays du Nord, ce sont surtout les pays du Sud qui en subissent les conséquences seuls.

Mais les taxes et les subventions, c’est une déformation artificielle du marché qui doit se réguler seul !

Vraiment ? Est-ce vraiment une déformation du marché que de faire payer l’addition à celui qui consomme et détruit la valeur des autres ? De plus, n’est-ce pas utopique de croire que ceux qui profitent de ce modèle sans avoir besoin de prendre la responsabilité des conséquences néfastes de leurs actes vont spontanément et avec bienveillance décider de rembourser leur dette ?

Vous paieriez votre essence plus chère, vous ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.